21:05 le 27-06-2011 : Kscope 2011 in Los Angeles

20110627-121006.jpg



23:55 le 19-06-2011 : Fête des pères !

Aujourd’hui, en tant que papa le jour tant attendu de la fête des pères, j’ai eu droit à des petits cadeaux : une tasse avec les photos de mes trois amours, un livre d’enfant sur les papas (à lire avec les petits) et une moulage en pâte à sel de leurs deux petits pieds D . J’ai aussi eu droit à plein de bisous, et c’est ce que je préfère (surtout avec Doug qui n’est pas très cool avec moi en ce moment – enfoiré d’œdipe !).

En dehors des cadeaux, cette fête des pères est aussi une très bonne occasion d’écrire un peu sur ma paternité.

Évidement, au départ, je me demandais si je trouverais mes enfants beaux, si je les aimerais, etc … En fait, je pense maintenant que ces petites questions débiles et sans réelle réponse, sont tellement loin de la réalité que c’est sans doute ce qui creuse l’écart entre les parents et les autres : les parents s’en foutent car ils savent alors que les autres se posent toujours ces questions en croyant que les réponses sont importantes … Est-ce que je trouverais mes enfants beaux ? Peu importe, même s’ils sont laids, tu ne les laisseras pas à l’accueil de l’hôpital. Est-ce que je les aimerais ? Même chose, peu importe la réponse, ils sont là et c’est tout. Les questions ne se posent pas, ils sont là et les jeunes parents réalisent très vite que c’est pour longtemps et 24h/24.

La question « d’aimer ou pas ses enfants » est tout de même intéressante car elle est tellement à côté de la plaque : pourquoi s’interroger bêtement et naïvement sur l’amour que l’on va avoir pour eux alors que les vraies questions sont bien plus complexes et au delà de ce simple amour de l’enfant ? Je vais vous aider : oui, vous allez l’aimer mais comment allez vous gérer cet amour en concurrence avec l’amour de votre conjoint ? Avez-vous déjà aimé à 100% au premier instant quelqu’un que vous ne connaissiez pas, qui ne parle pas et dont vous ne connaissez pas le son de la voix ? Qu’allez vous ressentir en touchant la peau de votre femme, votre référence jusqu’à maintenant en matière de douceur, après avoir touché la peau d’un nouveau né ? (je vous préviens, madame en prend pour son grade parce qu’elle n’a aucune chance !!). Vous allez vite comprendre que le changement qui se profile va bien au delà de vos petites interrogations initiales …

Personnellement, c’est l’amour à 100% qui m’a fait le plus bizarre : avec Pilou, l’amour est arrivé par surprise d’abord, puis il a grandit tranquillement, avant d’atteindre des sommets. Et en général, c’est comme cela que ça arrive : ça nait, ça grandit plus ou moins lentement et, hop, vous voilà avec un amour solide. Contrairement à cette croissance assez linéaire, j’ai vécu la naissance de Doug comme un parpaing d’amour dans la tronche : je l’aimais déjà un peu en touchant le ventre de ma femme mais quand il est arrivé, cela a été immédiat, je l’ai aimé à 100% love . Le truc impossible, imprévisible mais finalement tellement normal. Et cela s’est produit de la même manière pour Brocolie, en un peu moins surprenant mais avec la même efficacité. Je les aime mes petits love .



23:12 le 14-06-2011 : Si tu prends ma place, prends mon handicap !

Honnêtement, j’ai toujours trouvé cette campagne de sensibilisation un peu à côté de la plaque : étant donné qu’il n’est pas possible de prendre un handicap, même en étant plein de la bonne volonté, ce slogan ne veut presque rien dire … Et puis, les personnes à qui cela s’adresse sont avant tout des égoïstes alors ton handicap, ils ne sont pas près de te le prendre … et puis de toute façon, ils ne t’ont même pas vu parce qu’ils sont importants et pressés (mais merci quand même pour la place de parking !). Bref, slogan nul à destination d’enculé …

Cela dit, quand tu as un petit bout de deux mois pile qui revient de chez la pédiatre avec trois vaccins, et qui hurle à la mort depuis vingt minutes, tu prendrais bien la place d’un sourd d .



 

© 2017 Asmodee.org | Powered by The Ensemble of Shadows

16 requêtes en 11,955 secondes