Pix

03:24 le 11-03-2010 : Relativité …

A peine rentré de vacances, je viens déjà d’enchainer trois journée de boulot style 9h30-19h30, avec 45 min pour manger et pas de pause. Et naturellement, de retour à la maison le soir, je ne vois pas bébé frown . Trois belles journées de merde, au four, au moulin, à la boutique, à la livraison et au SAV : je travaille sur mes deux missions, plus des tâches RH (je dois suivre de loin quatre petits jeunes), plus de présentation à préparer, … Bref, un bon début de semaine bien blindé et bien tendu, à en faire oublier complétement les dernières « minis » vacances ( .

En plus, ce soir il y avait hockey (moment détente – wouhou !) et la séance a tournée au cauchemars : j’ai touché TOUS les palets mais je n’en ai arrêté presque aucun. Je dévie mais ça rentre quand même, je touche mais ça rentre quand même, je suis presque dessus mais ça … vous connaissez la suite. Bref, j’étais complétement inutile, une vraie plante verte … Et ça fait bien mal de se motiver à jouer de 22h30 à 0h pour être aussi mauvais couto

Et pour finir, cerise sur la gâteau moisi, j’ai du faire un détour de 15 min pour ramener un coéquipier au pont d’Asnières car il n’avait pas de moyen de transport p . Je n’étais pas franchement ravi à l’idée de faire un détour à cette heure, surtout vu mon état et mon moral, mais j’étais son seul recours et les quais à 1h du matin, ça roule pas trop mal donc OK. Dans la voiture, je discute donc de chose et d’autre avec ce petit jeune de moins de 18 ans (il les aura d’ici un mois), et on finit par parler de son scooter au garage : sa machine a besoin de réparation mais il n’a pas trop d’argent en ce moment donc ça attendra une rentrée d’argent prochaine. Moi, je pense que l’argent viendra de ses 18 ans mais non, il viendra de sa succession car son père est mort récemment … Ok, petit blanc … Je lui dit que je ne peux pas le comprendre mais que perdre un parent est une idée qui effraie chaque personne, et que même à presque 33 ans, c’est toujours quelque chose que l’on redoute; puis la discussion change de sujet. Arrivé au pont, salut fraternel de hockeyeur et je rentre chez moi, direction ma maison, ma femme, mon fils et mon lit.

Et dire que j’étais presque en train de plaindre  de mes journées de merde …



Les commentaires sont fermés.

 

© 2019 Asmodee.org | Powered by The Ensemble of Shadows

13 requêtes en 0,771 secondes