Pix

15:16 le 19-11-2008 : Libre comme l’air …

Vous l’avez sans doute remarqué, je n’ai donné que très peu de nouvelles de mon boulot depuis notre retour de NY. Et pourtant, il s’en est passé des trucs !! Cela dit, je préférais sagement attendre d’avoir des documents signés avant de fanfaronner sur ma fin de mission et de collaboration avec ma SSII.

Pour revenir rapidement en arrière, il faut savoir qu’au moment de mon arrêt maladie, fin octobre, j’avais prévenu mon client de mon absence pour les trois semaines à venir (deux semaines de maladie et une de congés payés – Cf post du 30/10) et que, suite à la notification par ma SSII que je n’aurais pas de remplaçant, il s’était déjà mis à la recherche d’un nouveau consultant. Et jeudi dernier, jour de ma reprise de boulot, j’ai appris que cette personne avait été choisie, qu’un entretien avait été convenu avec elle et sa société et qu’elle commençait lundi (avant-hier quoi …). Du coup, à peine rentré et aussitôt sorti : retour le jeudi et pot de départ le vendredi, soit deux petits jours pour boucler mes sujets et dire au revoir à Evry !

Du coup, lundi matin je me suis rendu au siège de ma société pour débuter une période d’inter-contrat un peu délicate, quand le supérieur de mon manager a souhaité me voir. En fait, le mail aux délégués du personnel est remonté à la direction lors d’une réunion et son aspect factuel, ainsi que mes questions un brin dérangeantes, m’ont assuré une renommé subite et fait quelques remous. C’est ainsi que mon directeur de division a souhaité me rencontrer pour entendre ce que j’avais à dire en complément de mon mail, clarifier la situation et trouver une sortie de crise. Une petite heure d’entretien très franc et d’échange de points de vue pour une conclusion : je ne peux plus travailler pour eux, même si je suis toujours sous contrat. Autour de cette idée et de ma démission prochaine et imminente, il m’a alors proposé un arrangement : ma démission contre un préavis payé sans aucune obligation de présence de ma part et une levée de ma clause de non-concurrence. En gros, je suis libre dès ma démission et je reste payé jusqu’à la mi-février 2009, même si je trouve une autre société d’ici là !! Fin de cet entretien bien plus constructif que celui que j’ai pu avoir avec mon manager il y a un mois, et une décision à prendre, à savoir jouer au con en attendant d’avoir un contrat signé ailleurs et de claquer ma dem’ ou alors solder cette triste affaire et partir avec ma liberté et 3 mois de salaire.

Du coup, mon lundi après-midi a été consacré à de la recherche sur internet pour valider la légalité de ce genre d’arrangement, chose que j’ai ensuite vu avec mon avocat (merci Diana ;) ). Tout est OK, cette proposition est légale et il ne reste qu’à obtenir les bons documents en échange de ma démission. C’est ce que j’ai été faire hier matin et cela s’est très bien passé : j’ai eu tous les papiers avec les bons termes me garantissant l’absence d’entourloupe et mon directeur de division s’est vraiment comporté en gentleman, reconnaissant les erreurs de mon manager sur la gestion de la situation et la perte d’un consultant comme un échec. Fin de l’histoire, ceci me réconcilie avec ma nouvelle ex-société et hier, en quittant à 12h10, j’étais libre et en sécurité financière pour encore trois mois … Je souffle, c’est fini, maintenant place au futur et à un retour progressif à une vie normale …

Reste maintenant à choisir ma nouvelle société … et c’est du boulot !!



2 commentaires :

  1. Seb

    Pfff, te revoilà encore à te tourner les pouces chez toi !!!

    Bon en attendant, bonne recherche de boulot, occupes toi bien de Céline

    Tu vas avoir le temps de faire des courses, faire le ménage, préparer la chambre de Doug, ….


  2. Fred

    Seb > Malheureusement, je ne glande pas tant que cela … Enfin, je suis tout de même plus tranquille maintenant )


 

© 2019 Asmodee.org | Powered by The Ensemble of Shadows

13 requêtes en 0,659 secondes